Sylvie Reteuna



Les origines du mythe ainsi que l’étymologie du terme sont incertaines et discutées… La Sibylle donne une divination occasionnelle, indépendante, nomade.  Elle  dit l’avenir « d’une bouche délirante ». C’est pourquoi l’on attribue le qualificatif de « sibyllin » à des écrits ou des paroles énigmatiques, mystérieuses ou à double sens.

Après plusieurs années d’assistanat puis de collaboration artistique auprès de différents metteurs en scène, en particulier Jean-Michel Rabeux,  j’ai eu envie d’avoir ma propre structure afin de développer un projet personnel de compagnie. J’ai créé La Sibylle en 2004, à Lille.

Précédemment à la création de la compagnie, j’ai travaillé régulièrement dans le nord,  notamment à La rose des vents à Villeneuve d’Ascq où Jean-Michel était artiste associé. Au fil des spectacles créés dans ce théâtre et des ateliers que j’ai animés pendant plusieurs saisons, se sont tissés de nombreux liens dont beaucoup perdurent aujourd’hui. Les ateliers furent aussi une très bonne école de pratique théâtrale…

C’est également durant cette période que j’ai découvert le travail de la compagnie de l’Oiseau Mouche. Cette rencontre fut déterminante dans ma décision de passer à la mise en scène et c’est avec les comédiens de cette compagnie que j’ai fait mon premier spectacle, Phèdre et Hippolyte  de Racine, dans le cadre de Lille 2004.

Très vite, au cours des premières créations, une équipe s’est formée : éclairagiste, administratrice, musicien, scénographe, régisseur, collaborateurs à la mise en scène, sans lesquels, c’est sûr, aucun projet n’aurait vu le jour… sans oublier les structures, petites et grandes, et les équipes qui ont permis à ces créations d’exister et de rencontrer le public.

Si le théâtre nécessite une certaine solitude (douloureuse parfois) il est aussi un lieu privilégié de rencontres et d’échanges, un artisanat qui met ensemble des compétences très singulières, qui dialoguent l’une avec l’autre et se complètent. J’aime beaucoup ce mélange. Chaque spectacle en est le fruit.

Sylvie Reteuna

Le projet
L’équipe
Parcours
Revue de presse